Le mouton émancipé
Parentalité positive et bienveillante

La jalousie entre frères et sœurs

Avant l’arrivée de bébé

Mes filles ont très exactement deux ans et demi d’écart.

Pendant toute ma grossesse, j’ai expliqué à ma grande ce qui se passait dans mon ventre. Je lui répétais souvent que notre famille allait s’agrandir et qu’elle allait devenir une grande soeur.

D’ailleurs, j’avais acheté plusieurs livres, adaptés à son âge, qui abordaient  le sujet.  Je t’en parlerai dans un autre article.

En effet, elle avait l’air de comprendre et prenait même plaisir à parler à sa petite soeur à travers mon ventre.

La rencontre

Cependant, le jour où elle a vraiment réalisé ce que cela signifiait… c’est quand sa soeur est née.

Ce n’est qu’au moment où elle a vu ce tout petit bébé dans mes bras, au sein, qu’elle a compris qu’elle n’était plus toute seule. Que dorénavant, elle devait partager sa maman.

L’importance de préparer le terrain

S’il est vrai que l’amour d’une mère se multiplie, le temps qu’elle a à consacrer à chacun de ses enfants, lui, diminue immanquablement. J’imagine que plus on a d’enfants et plus c’est le cas.

Ainsi, il n’est pas rare que les enfants pensent, à tort, que leurs parents ont une préférence pour l’un ou l’autre d’entre-eux.

C’est pourquoi, il est important d’oser aborder le sujet. Ne serait-ce que pour éviter que l’enfant ne se fasse de fausses idées et que cela lui fasse du mal.

Si possible, parles-en avant même que le/les petits frères ou soeurs ne naissent. Dis-lui, clairement, qu’il va y avoir un nouveau membre dans la famille et que ce sera SON frère ou SA soeur. Valorise-le au maximum en lui énumérant tous les avantages qu’il y a à être le “grand”.

Rappelle-lui que TON amour pour LUI ne diminuera JAMAIS. Dis-lui aussi, qu’une maman a la capacité de multiplier tout l’amour qu’elle a en elle pour donner la même chose à chacun de ses enfants.

SURTOUT, aborde avec ton enfant le fait que tu auras “un peu moins de temps” qu’avant à lui consacrer.

Explique-lui que tu devras t’occuper du plus petit qui ne peut/sait rien faire tout seul. Exactement de la même façon que tu l’avais fait pour lui lorsqu’il était petit.

Si cette discussion n’a pas lieu, ton enfant peut nourrir des sentiments négatifs en lui. Notamment envers ses frères et soeurs mais aussi envers toi.

Le petit enfant a une capacité de raisonnement très limitée et il ne faut absolument pas s’attendre à ce qu’il réagisse et comprenne comme nous le ferions car cela ne lui est simplement pas possible dû à l’immaturité de son cerveau. Garde à l’esprit que ton enfant n’est pas un adulte en miniature.

Être à l’écoute et rassurer

De ce fait, essaie toujours de te mettre à la place de ton enfant. Imagine-toi, petite dans cette même situation, avec la capacité de raisonnement d’un enfant de son âge.

Très souvent, ça t’aidera à mieux comprendre ce qu’il peut éprouver.

Rappelle-toi que RIEN n’est une “évidence” pour un enfant. Plus il est jeune et plus cela est vrai.

Aussi, rassure, démontre et aime sans compter.

Malheureusement, parfois même en faisant tout ça, il arrive que les enfants ressentent de la jalousie entre eux. Mais, en mettant toutes tes chances de ton côté tu ne pourras pas te reprocher d’avoir “au moins essayé”.

Enfin, ne manque aucune occasion de parler ouvertement et de rassurer tes petits (ou grands) enfants quant à l’amour que tu leur portes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscris-toi à ma newsletter !

*

code

error: Content is protected !!